[WWOOFing] Cure vegan et régime frugivore à Kuranda

WWOOFing : le commencement

Nous voici enfin arrivés en Australie, après 3 jours d’avion (le vol sur China Airlines était mémorable : nous étions quasiment les seuls européens dans un avion rempli de Chinois bruyants qui se connaissaient tous) dont 24h d’escale à Melbourne où nous avons dormi par terre dans nos duvets.

Melbourne
Melbourne

Débarquement à Cairns sous le soleil et la chaleur des tropiques. Pas le temps de visiter la ville, nous devons rejoindre Kuranda, petite ville de 3000 habitants située à 30km au nord de Cairns, car c’est là que débute notre premier wwoofing !

Notre hôte et ses fruits

Zalan, notre hôte, nous fait faire le tour de sa propriété qu’il a baptisée « Fairyland house», un grand jardin de 2 hectares limitrophe à la forêt tropicale. Pas de potager, mais plusieurs arbres fruitiers tropicaux dont certains totalement inconnus. Avocatier, papayer, ananas, bananier, manguier, litchi, noyer du Queensland (noix de macadamia), grenadille (fruit de la passion), goyavier, etc.

Goyaves
Goyaves
« 1 de 13 »

 

 

 

 

 

 

 

N’étant là que depuis un an, le verger est encore jeune et il faudra attendre quelques années avant que la plupart des arbres ne donnent des fruits. Aller cueillir les fruits du jardin, quel régal, surtout quand on est frugivore comme Zalan.

En plus d’être vegan crudivore depuis plus de 20 ans, il ne mange que des fruits et des légumes crus, jamais de sucre, de sel, d’huile, d’épices, de céréales ou de légumineuses. Dans sa cuisine on ne trouve d’ailleurs rien pour faire chauffer une casserole d’eau chaude (adieu mon petit thé du matin…).

Zalan transportant un fruit du jacquier tout juste cueilli
Zalan transportant un fruit du jacquier tout juste cueilli

Pendant notre séjour chez lui, c’est l’occasion de découvrir ce régime et de devenir (momentanément hein) vegan crudivore frugivore !

Étape 1 : se ravitailler

L’étape incontournable pour tout frugivore qui se respecte, c’est de faire les marchés. Le marché de Cairns est le lieu idéal pour remplir ses cabas de fruits tropicaux, d’herbes et de légumes locaux. Ce que vous voyez sur la photo ci-dessous représente à peu près l’équivalent de nos provisions pour la semaine, c’est-à-dire plusieurs cageots et une voiture pleine.

Marché de Cairns
Marché de Cairns

En même temps, comme on ne mange que ça, autant acheter tous les stands du marché. Surtout qu’aux alentours de 15h, les commerçants sont sur le point de fermer boutique et bazardent fruits et légumes par cageots, à des prix dérisoires : 1$ le cageot de mangues, 0,99$ les 15 avocats, etc.

Lâcher Zalan dans le marché, c’est comme lâcher un enfant dans un magasin de bonbons. L’œil affuté, le nez reniflant melons et ananas, les mains tâtant pêches et avocats, interpellant le commerçant pour être servi plus vite (bah oui, on a encore 9 stands à dévaliser), une seconde à flâner devant les kakis noirs et hop on l’a déjà perdu de vue. Mais lui a le don de nous retrouver pour nous mettre un cageot (de melons hein, bien sûr, ça n’aurait pas pu être des bottes de persil) dans chaque bras et un sur la tête.

Zalan reniflant les fruits au marché de Cairns
Zalan reniflant les fruits au marché de Cairns

Pour stocker ce ravitaillement capable de nourrir un bataillon en temps de guerre, inutile de préciser que le frigo du frugivore doit être sacrément balèze. Les fruits trop mûrs (voire pourris) sont immédiatement transformés en jus et smoothies, ou congelés pour se faire des futures glaces, ou encore enfournés dans le déshydrateur, formidable machine qui permet d’avoir des mangues et des bananes séchées maison  🙂

Les fruits encore durs sont stockés, à l’abri si possible des cafards, geckos, fourmis et autres frugivores compétitifs qui rôdent dans la maison (la nuit, on peut vous dire qu’il y a un sacré peuple dans la baraque !).

Étape 2 : à table !

Bon, c’est pas le tout ça, mais maintenant il faut cuisiner ! Si si figurez-vous, le frugivore cuisine. Alors certes, il ne fait rien cuire et n’assaisonne rien, mais passe autant de temps qu’un omnivore à préparer son repas. Ça ressemble même à une œuvre abstraite où le peintre balance en veux-tu en voilà des éclaboussures multicolores sur sa toile, suivant ses humeurs et ses envies du moment.

Commençons déjà par répandre de la verdure sur notre assiette : salade verte, kung kong (rassurez-vous nous ne sommes pas déjà redevenus carnivores, il s’agit d’une herbe locale à grosse tige et aux feuilles vertes foncées en cœur), laitue, etc.

Ensuite viennent les fruits et légumes coupés en petits bouts : avocat pour les oléagineux, papaye, carotte, concombre, fenouil, tomate, courgette, céleri, sapote mamey (fruit à chair rouge dont le goût rappelle celui de la patate douce), raisin, mangue, radis blanc, poivron et tout ce qui vous tombe sous la main et qui vous inspire.

Van épluchant le fruit du jacquier
Van épluchant le fruit du jacquier
avec au final 4kg de fruits épluchés !
« 1 de 6 »

 

 

 

 

 

 

 

 Et dernière touche : la sauce (faite au blender). Comme il n’y a pas de sel ni d’huile, il faut jouer sur l’acide (citron, orange, pamplemousse), le piquant (piment, gingembre frais râpé), le sucré des fruits (kaki, mangue, etc.) et s’amuser à tester de nouvelles combinaisons : sauce pimentée au poivron, kaki et basilic ou sauce sucrée à la papaye, citron vert et menthe, à chaque jour une sauce différente.

Au final, l’assiette du frugivore, ça donne ça : une explosion de couleurs et de saveurs, et un ventre bien rempli.

dfg
A g. : haricots verts, lentilles germées, raisin noir, poivron rouge, tomate, avocat, brocoli et sauce fruitée à base de mangue, papaye, piment, citron vert et fruit de la passion. A d. : sauce verte à base de basilic, citron, poivron et piment.

S’il reste de la place, on peut se faire une glace maison (100% fruits) en broyant à l’extracteur de jus mangue, fruit du jaquier, litchi, banane, et l’agrémenter de fruits frais.

Assiette de fruits tropicaux en dessert :)
Assiette de fruits tropicaux en dessert 🙂

Légumes fermentés maison

Zalan nous a même fait des légumes fermentés à base de chou cru fermenté pimenté. Le chou (rouge ou blanc) est mis à tremper 24h, puis coupé en petits bouts et mélangé à oignon, maïs doux (cru of course), tomate, piment, gingembre, persil, céleri branche, pomme, poivron et carotte. Le tout est laissé à fermenter (comprenez par-là « à pourrir ») à chaleur ambiante pendant quelques jours.

Chou et légumes crus avant fermentation
Chou et légumes crus avant fermentation

Quand l’odeur qui s’en dégage est suffisamment forte pour vous déboucher les sinus, c’est que le chou est prêt. En France il faut généralement plusieurs mois, mais ici la chaleur des tropiques accélère le processus et en 3 jours les légumes sont prêts à être mangés. Et c’est délicieux !

Servis sur lit de verdure avec sauce verte, et saupoudré de radis blanc
Servis sur lit de verdure avec sauce verte, et saupoudré de radis blanc

Le frugivorisme : nous avons testé pour vous

Voilà maintenant plus d’une semaine que l’on suit ce régime et on peut donc vous faire un premier bilan des effets constatés. Tout d’abord, nous ne sommes ni rachitiques ni affamés, et contrairement à ce que l’on peut s’attendre, on ne sent ni fatigués ni en état de faiblesse. Il faut dire aussi que le sucre présent dans les fruits apporte l’énergie nécessaire.

Je vous passe toutes les répercussions sur notre système digestif (!) pour vous parler plutôt d’une constatation étonnante : l’absence de soif. C’est bien simple, même sous cette chaleur tropicale, on ne ressent pas le besoin de boire. D’où le risque possible de déshydratation, même si tous ces fruits et légumes apportent quantité d’eau à l’organisme.

Petit hic cependant, l’apport en vitamine B12 reste un problème puisqu’aucun aliment dans ce type de régime ne l’apporte à l’organisme. Zalan nous confie d’ailleurs prendre des compléments en B12 régulièrement.

Cela mis à part, nous nous y faisons très bien même si le sel et l’huile nous manquent et si Van rêve d’un bol de riz. 😉

Check Also

bateau pelagic boat trip

Une sortie ornitho en pleine mer qui vire au cauchemar

Moi : « Eh, ya plein de mouettes et de goélands qu’on n’a pas coché là… …

4 comments

  1. Super l’article ! Petite question sur les photos des arbres fruitiers : on ne voit pas de fruits sur les branches : est-ce que ce n’est pas la saison ou ils sont juste camouflé par les feuilles ?

  2. Ma grande fille, tes articles sont toujours aussi fins et empreints d’humour. J’ai bien ri en te lisant. Heureusement que tu publies une photo de Van Hung, car sinon j’aurais cru qu’il avait déjà détalé vers la ville pour se rassasier de riz et de pâtes chinoises. Continuez tous les deux de bien en profiter. Je vous embrasse. Dad

  3. on est content que ça vous plaise, beaucoup d’autres à venir !! en fait les manguiers et les litchis n’ont jamais donné de fruits, ils ont poussé tout en feuilles, dommage 🙁 et pour les bananes et les ananas il faut attendre qu’ils poussent, c’est un jeune verger 🙂 bisous love U !

  4. Salut cousine,

    la description et les photos sont très alléchantes (heureusement qu’il est heure de passer à table à l’instant où j’écris ces lignes…). La maison et les couleurs environnantes sont tout aussi séduisantes ! Profitez-en bien et continuez de nous envoyer ces messages, ça nous fait rêver votre voyage ! Bises à tous les 2,

    Tom & Genia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2016 · All Rights Reserved · 2veg en baroude