Malaisie

À l’origine, notre première destination était le Territoire du Nord de l’Australie. Mais les billets d’avion Paris-Darwin étant très chers (de 1200 € à 1500 €), on a décidé de changer légèrement notre itinéraire et de rejoindre Darwin en plusieurs étapes, faisant halte en Malaisie puis à Singapour. Cela nous a permis de visiter d’autres pays que nous ne connaissions pas et après tout, c’est aussi ça l’aventure.Carte de Malaisie

De Paris, un vol nous a emmenés jusqu’à Kuala Lumpur en Malaisie, où nous sommes restés quelques jours pour découvrir la capitale, jouer un peu les touristes et régler les derniers préparatifs avant d’affronter l’Australie. Au retour, nous sommes restés plus longtemps (1 mois et demi), ce qui nous a permis de découvrir Perak, une autre région de la Malaisie, avec Ipoh sa ville principale, Cameron Highlands et l’île de Pulao Pangkor.

Billet d’avion

Nous avons acheté nos billets via le site de Go Voyages avec la compagnie Vietnam Airlines. Départ de Paris le jeudi 12 sept 2013 à 13 h 35, escale de 3 h 15 à Ho Chi Minh (sud Vietnam), arrivée à Kuala Lumpur  le vendredi 13 sept à 13 h. Pour le retour : départ de KL le mardi 26 nov. à 20 h 50, escale de 3 h 25 à HCM, arrivée à Paris le mercredi 27 nov. à 6 h 30. L’aller-retour pour 1274 € pour deux (637 € par personne), en prenant l’assurance « pack multirisque ». Sachez d’ailleurs qu’il est possible de prendre une assurance en dehors du site de booking, ici Go Voyages, et de choisir une formule plus adaptée à vos besoins.

Vietnam Airlines

Avant de partir

Pas de visa pour les séjours inférieurs à 3 mois.

Aucun vaccin obligatoire (tant mieux !), mais le paludisme et la dengue sévissent, ainsi que l’encéphalite japonaise en milieu rural. Nous n’avions rien prévu contre le paludisme car notre séjour était relativement court, mais pour ceux qui souhaitent y séjourner plus longtemps il existe une alternative aux médicaments classiques anti-palu. Lire aussi « Santé : une trousse à pharmacie légère et naturelle, c’est mieux pour voyager« .

Concernant l’argent, nous avons emporté des euros que l’on a changés sur place à Kuala Lumpur. Les bureaux de change sont nombreux et affichent un taux de change intéressant : 1 €=4,31RM (sept 2013). En revanche, si vous changez votre argent à l’aéroport vous y perdez nettement : 1 €=4,01RM ! Ne pas avoir peur donc de s’aventurer dans la ville sans monnaie locale pour trouver un taux de change beaucoup plus intéressant.

Pour transporter l’argent, chacun a sa technique : une petite pochette ceinture (ou bandoulière), utile aussi pour mettre passeport, papiers, etc. est très pratique et peut se glisser sous les vêtements ; un gilet multipoches (version gilet de chasseur^^), bien pratique aussi, mais qui tient chaud dans ces pays-là !

Budget

Nous sommes partis avec 2000 € chacun, budget englobant le périple en Malaisie, à Singapour et en Australie, pour une durée totale de 2 mois et demi. Nous sommes restés 1 mois et demi en Malaisie pour un budget de 1480 € à deux, réparti en 4 types de dépenses : la nourriture (30%), l’hébergement (30%), le transport (10%) et les dépenses personnelles (30%).

Se loger

Dans les villes il y a une multitude de Guest houses, dont le confort et le prix varient. Ne pas hésiter à marchander sur les prix, qui sont toujours gonflés pour les touristes. Choisir également une chambre à l’étage et non au rdc (si vous ne voulez pas être dérangé par les rats, sangsues et autres animaux sympa), et inspecter la chambre avant de signer (eau, ventilation, clim, lit…).

Gastronomie

La cuisine chinoise, indienne, malaise et nyonya permet de goûter à de nombreux plats, bien souvent relevés (pour ne pas dire pimentés !) et aux innombrables herbes et épices. Nous avons d’ailleurs rapporté du quartier de Little India des cardamomes, graines de moutarde, clous de girofle, cannelle et autres épices indiennes. Le saté (sauce à base de cacahuètes) est une des spécialités malaise.

Manger végétarien n’est pas un problème et nous avons pu trouver bon nombre de petits restaurants ou boui-boui de rues qui proposaient des plats végétariens, surtout chinois et Indiens — la cuisine malaise donnant la préférence au poisson. A lire aussi « C’est végétarien et incroyable…ment bon !  » et « Savez-vous parler végétarien ? ».

Se déplacer

Les transports ne coûtent pas cher et sont assez nombreux. Pour les longues distances au sein du pays, le bus reste le meilleur moyen de transport, pratique, confortable et peu cher, à condition de ne pas trop prêter attention à la conduite du chauffeur… 😉

La capitale, Kuala Lumpur, dispose d’un métro, le LRT (Light Rail Transit) et d’un Monorail, le MRT (Mono Rail Transit). Le LRT, en surface, est plus petit que celui de Paris, mais bien entretenu. Le billet dépend de votre destination et ne coûte presque rien. Le MRT est très agréable, car surplombe la ville (on croise les toits les mosquées^^), à prendre au moins une fois.

Monorail MRT, @ Kuala Lumpur
Monorail MRT, @ Kuala Lumpur

Pour notre périple au nord-ouest de la capitale, nous avons utilisé le réseau de bus : destination Ipoh, suivie d’une excursion à Cameron Highlands. Pour aller visiter l’île de Pulao Pangkor, un bus (tout miteux, mais pas cher du tout) nous a emmenés jusqu’à Lumut, sur la côté ouest, puis un ferry pour rejoindre l’île. Le retour à Kuala Lumpur s’est également fait en bus (6 h).

L’aéroport de Kuala Lumpur est loin du centre-ville, mais on peut le rejoindre avec le train du Klia express en 28 min pour 8 €.

Prochaine destination : Singapour ! Et là encore, nous avons pris le… bus ! Partant du centre-ville de Kuala Lumpur, il arrive rapidement à Singapour en faisant plein de pauses sur la route. Nous avons acheté nos billets à Wang Plaza (KL) : 25 €/personne.

Check Also

Bali Denpasar temple

Indonésie : Java et Bali

Avec ses 18 306 îles, l’archipel indonésien est le plus vaste du monde et sa superficie …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2016 · All Rights Reserved · 2veg en baroude