Que mange le végétarien en Indonésie ?

Voyager, c’est aussi découvrir la gastronomie locale, flâner dans les marchés pour voir ce que les locaux mangent et goûter à ce qui nous est inconnu et incongru. Oui, mais quand on est végétarien ? Pas de panique ami végétarien, il y a l’embarras du choix et on se fait tout autant plaisir ! Nous on s’est régalé !

Riz et nouilles

Du riz, du riz et encore du riz (« nasi » en indonésien, se prononce « nassi », avec ça on est sûr de ne pas mourir de faim). Sauté avec des légumes et un œuf (« nasi goreng » = frit), agrémenté de plusieurs spécialités indonésiennes (« nasi campur » = riz mélangé), accompagné de légumes, sauce cacahuète, chips, œuf et tofu (« nasi pecel »), ou gluant, pressé et cuit à la vapeur dans une feuille de bananier (« lontong »). On ne s’ennuie pas avec le riz et pour ceux qui en ont marre, il y a les nouilles.

Deuxième spécialité indonésienne après le riz, les nouilles instantanées sont partout, à toutes les saveurs (arômes de viande ou de crevette, glutamate à foison et autres poudres chimiques) et elles occupent plusieurs rayons entiers dans les supermarchés. On peut les manger en bouillon ou sautées.

On a adoré le « gado-gado », assiette de riz gluant pressé et coupé, de pousses de soja, concombre, légumes, pommes de terre, tofu, omelette et cacahuètes, le tout inondé de sauce cacahuète (sauce soja, piment frais écrasé, cacahuètes grillées et écrasées). Servi avec des chips de riz, miam on se régale !

végétarien-gadogado
Gado gado @ Denpasar, Bali

Les oeufs

végétarien-oeufs marinés-4452

Les œufs marinés étaient une nouveauté pour moi, petite européenne n’y connaissant rien en marinade, et j’ai adoré. Je vais même essayer de le faire à la maison !

Les spécialités à base de soja

On a découvert aussi le tempeh, que j’ai tellement adoré que j’en mangeais tous les jours. Originaire d’Indonésie, le tempeh provient de fèves de soja cuites et laissées fermenté après les avoir ensemencées avec un champignon. Au bout de 24h, les filaments blancs du champignon ont recouvert toutes les graines et le tout a pris la forme d’un pain de soja fermenté : le tempeh. Excellente source de protéines et pauvre en lipides, ce cousin du tofu est délicieux et en tant que végétariens on adore.

Les indonésiens le cuisinent frit en fines lamelles, mariné, en lardons frits dans de la sauce soja, en chips, en beignet, etc. Il peut s’acheter en supermarché et ne coûte presque rien au kilo, alors qu’en France on ne le trouve qu’en boutique bio à un prix assez élevé. Tout cela me motive à le faire maison ! Pour ceux que ça intéresse, il y a une super recette sur le site formidable de Melle Pigut : recette de tempeh maison.

Toujours dans le soja, on retrouve aussi le tofu bien sûr, cuisiné à peu près de la même manière que le tempeh. Bref, si on ne mange pas de viande, on a le choix !

Les légumes

végétarien-yogya-6283
Stand de rue à Yogjakarta : tofu et tempeh (à d.), brochettes de viande, poisson, crevette (à g.), légumes, nouilles, œufs marinés… c’est délicieux !

Certes, ça manque un peu de verdure tout ça. Pourtant les légumes abondent : haricots verts mesurant 40cm, concombre amer, aubergines de la taille d’une balle de ping pong, quantité d’herbes… même les fruits sont cuisinés en plat salé ! Fleur de banane cuite au curry ou encore le « gudeg », spécialité de Yogjakarta (Java) : fruit du jacquier cueilli vert et cuit dans du lait de coco, délicieux.

Si l’on veut un repas rapide et équilibré, on commande un « siomay » à l’un des nombreux chariots à 5 pattes qui garnissent les rues des villes. Assortiment de tofu (ou boulettes de poisson), feuilles de chou enroulées, pommes de terre et œuf bouilli, le tout cuit à la vapeur et recouvert d’une épaisse sauce pimentée à base de cacahuètes.

Les snacks

Pour les habitués du grignotage, attention à la tentation, les snacks sont partout : « krupuk », grosses chips de crevette ou de poisson servant de pain, on trouve aussi des chips de patate maison, des chips de riz, de tempeh (voir plus loin), de fruit cousin du jacquier, de légumes, etc. Il faut dire aussi que l’huile de palme coule à foison et ne coûte presque rien…

La touche sucrée

Pour la touche sucrée, rien de tel qu’un fruit frais, en jus ou tel quel : avocat (qui se boit avec du sucre et du chocolat), énorme papaye de plusieurs kilos, fruit du jacquier, fruit du dragon rouge ou blanc, awa (chouette découverte), mangues de toutes formes, bananes de toutes couleurs, gros fruits de la passion orange au goût de fraise et le durian. Aaah, le durian. On aime ou on n’aime pas. Nous, on adore. Malheureusement, quand on y était, la saison du durian n’avait pas encore commencé, et les seuls du pays provenaient des montagnes du centre de Java. On se rattrapera en Thaïlande !

On a vu aussi pour la première fois un tamarinier et après quelques minutes à le contempler le nez en l’air, les locaux nous ont donné un sac plein de tamarins, gousses marron contenant un fruit brun-orangé acide qui décolle l’émail des dents. A part ça, c’est super bon. 🙂

Les indonésiens ont le palais sucré et les petites sucreries se déclinent à l’infini : chips sucrées, pâte de riz à la coco, riz gluant au sirop, boissons colorées, etc. On a goûté « l’es cicau », boisson de gelée verte provenant du soja, avec sirop de sucre et glaçons. Pas mal du tout ! Le thé là-bas se boit noir (parfumé et léger) et très sucré, ça ressemble plus à du sirop chaud qu’à du thé. Si on a encore beaucoup de place ou qu’on est très gourmand, il y a le « martabak », épaisse crêpe de plusieurs centimètres de haut fourrée selon les goûts, par exemple chocolat et fromage – oui je sais, étrange combinaison, mais les Indonésiens adorent ça et on la trouve dans plein de gâteaux et autres desserts.

végétarien-sucrerie
Riz gluant sucré, pâte de riz en rouleau fourré avec de la coco au sucre de palme.

Le consommateur en voyage

Avec une cuisine aussi riche, manger est un plaisir et chaque jour devient une aventure culinaire où l’on découvre de nouvelles textures et saveurs. On constate que la viande, le poisson et les fruits de mer occupent une place importante dans la cuisine indonésienne (plus qu’en Malaisie et qu’au Vietnam) et bon nombre de spécialités (étonnantes pour certaines) ne nous sont pas accessibles. Le poisson se présente frais sur les étals et sitôt choisi et pesé il part vers la cuisine pour être préparé frit ou sur le barbecue.

Comme beaucoup de pays asiatiques, les serpents figurent aussi au menu de quelques restaurants discrets et réservés aux initiés, tout comme les tortues à carapace molle qui sont « idéales pour une cuisson au barbecue ». Hum. Bref, vous l’aurez compris, tout ce qui est comestible (espèce protégée ou pas) finit à la casserole.

Tout en étant curieux et en se faisant plaisir, essayons de rester vigilent et de ne pas consommer tout et n’importe quoi sous prétexte que l’on est en vacances et que la nourriture ne coûte presque rien. Essayons de garder nos bonnes habitudes de consommateur durable et respectueux. 🙂

Avis aux gourmands cuisiniers : on a gardé quelques recettes de ce que l’on a goûté donc n’hésitez pas à nous demander si vous voulez essayer de cuisiner chez vous quelques-unes des spécialités indonésiennes 😉

Check Also

bateau pelagic boat trip

Une sortie ornitho en pleine mer qui vire au cauchemar

Moi : « Eh, ya plein de mouettes et de goélands qu’on n’a pas coché là… …

2 comments

  1. Hello! Cela donne envie d’y goûter (sauf le trop frit et sucré pour ma part…) !! Si vous avez des recettes cela m’intéresse beaucoup pour voir si je peux les adapter aux produits locaux de France ou tout simplement me donner des idées d’association ! Beau voyage culinaire ! Bises

    • Hello Marjorie ! Pardon pour la reponse tardive mais on vient seulement de retrouver la civilisation 😉 En effet il ne faut pas abuser du trop sucre et du trop frit mais de temps en temps a petites doses on s’offre un petit plaisir 🙂 On a quelques recettes, notamment pour le gado gado, mais ne parlant que peu indonesien ce n’etait pas toujours facile de connaitre les ingredients utilises. Mais tout peut s’adapter et se modifier 🙂 Qu’aimez-vous par exemple ? Le soja ? les legumes ? les plats en sauce ou legers, vapeur ou en bouillon ? A bientot ! Alison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2016 · All Rights Reserved · 2veg en baroude