Notre équipement pour voyager pratique et léger

Pour voyager pratique et utile, il est important de choisir avec soin son équipement et son matériel. Robuste mais léger, de bonne qualité mais d’un prix accessible, il faut prendre le temps et bien se renseigner.

randonner

La tente

Pas évident de se décider parmi tous les modèles qui existent sur le marché, mais finalement, nous avons choisi la tente Nemesis 2 places de la marque italienne Ferrino, à 160€.

Légère (2,2kg), montage rapide quand on a pris le coup de main, peu encombrante, démontage et pliage rapides, résistante, pourvue de 2 absides, elle offre des avantages certains et un bon rapport qualité/prix.

La toile intérieure en moustiquaire (qui confère à la tente sa légèreté) est très agréable pour s’endormir sous les étoiles et donne un côté magique (et inquiétant 😉 ) aux nuits dans le bush. L’espace intérieur étant réduit (surtout en largeur), il ne faut pas être trop large ou trop grand ! Mais on a quand même la place de tenir assis ce qui est confortable. En revanche, il n’y a pas la place de mettre nos gros sacs à l’intérieur.

Un des inconvénients est la finesse du tapis de sol (plus il est épais plus la tente est lourde, il faut choisir !), ce qui le rend fragile. On a fait un micro trou dans le tapis de sol à cause d’un spinifex pointu, mais le trou ne s’est jamais agrandi (ce qu’avait promis la marque). Emporter un gros scotch peut s’avérer aussi utile pour boucher les trous.

Critères pour choisir sa tente :

  • poids -> léger si vous randonnez beaucoup
  • imperméabilité (de la toile extérieure et du tapis de sol)
  • résistance (pluie, vent), durabilité -> épaisseur du tapis de sol, de la toile…
  • ventilation (moustiquaire, fenêtre) -> si vous allez dans des pays chauds comme l’Australie
  • nombre d’ouvertures
  • autoportante
  • confort intérieur -> type sarcophage ou un peu plus haute pour tenir assis

Elle a bien résisté aux grands vents australiens à condition de bien l’amarrer mais on a essuyé une tempête de sable et on a du se réfugier dans la voiture pour éviter d’être ensevelis. Un des problème d’une moustiquaire intégrale… Sous la pluie, elle a moyennement tenu le coup et le tapis de sol était mouillé. La solution que l’on a adoptée était de mettre une bâche sous la tente (sans laisser de marge sinon l’eau s’infiltre). Autre inconvénient qui vient avec la légèreté : les sardines qui ne sont pas très solides et se tordent facilement.

IMG_7519
Notre tente à Nitmiluk National Park.
IMG_8023
Camping à Mataranka : seule la toile intérieure en moustiquaire est plantée (et sert accessoirement d’étendoir à linge ^^)

Le GPS

Comme on risquait de quitter les sentiers battus, un GPS s’avérait indispensable pour retrouver la route ou la tente mais également pour pointer les zones à prospecter (pour observer la faune locale). Notre choix s’est porté sur le modèle Etrex 10 de la marque Garmin, à 100€. Là encore, le rapport qualité/prix est très bon et ce modèle est intuitif et facile d’utilisation. Il est également petit et se glisse facilement dans une poche. Il existe bien sûr des modèles beaucoup plus performants avec un nombre plus important de tracés et de points et la possibilité de charger des cartes dedans (ce que le nôtre ne fait pas), mais le prix est plus élevé.

gps

Le duvet

A choisir léger et peu encombrant. Pas besoin d’une grande résistance au froid car en Territoire du nord les nuits sont très chaudes, plus fraiches cependant quand on va au sud vers le désert rouge. Le choix du duvet dépend bien sûr de votre destination. Dans les pays tropicaux où les nuits sont chaudes, un simple sac à viande peut suffire ; il prend moins de place qu’un duvet et se lave plus facilement.

Le tapis de sol

On avait emporter 2 petits matelas gonflables, légers et assez confortables, mais encombrants surtout quand il faut les mettre dans le sac pour prendre l’avion. De plus, par les grosses chaleurs (45°C sous la tente en Australie), ils ne tiennent pas longtemps. Le mieux est soit d’investir dans un très bon matelas gonflable (les nouveaux modèles ne prennent presque pas de place) mais les prix sont assez élevés, soit d’emporter un simple matelas en mousse que l’on change dès qu’il commence à rendre l’âme.

Les jumelles

Étant des passionnés de nature, les jumelles sont indispensables pour observer la faune et notamment les oiseaux. Nous avons choisi les jumelles 10×30 de la marque Kite, modèle Lynx (520€), qui offrent un bon compromis entre la légèreté et la qualité de la vision (luminosité, grossissement etc.). D’une bonne ergonomie, elles ont aussi l’avantage d’être légères (460g) et parfaitement étanches, y compris à l’immersion (j’ai testé, la marque ne ment pas…).

Et pour la pluie ?

Pour chaque voyage on emporte une cape, pas chère, peu encombrante et très résistante. Même sous le déluge on est bien protégés en dessous et elle est assez grande pour recouvrir entièrement le sac à dos.

Soiiiiiff

Les gourdes ont l’inconvénient d’être lourdes et de ne conserver l’eau froide que peu de temps. A la place, nous avons préféré équiper toutes nos bouteilles plastiques d’eau de bottle bags, sacs isothermes ultra légers qui conservent bien la fraicheur de l’eau.

Autre matériel

Ne pas oublier d’emporter également les lampes, frontale et torche, les deux étant indispensables pour les prospections nocturnes ; les sachets de silice (pour absorber l’humidité) à glisser un peu partout, dans le sac photo, les vêtements… ; les pochettes plastiques hermétiques pour protéger de l’humidité ou de la pluie tout papier important (passeport, CB, argent etc.). ; de la ficelle pour mieux arrimer la tente en cas de grands vents ou pour accrocher le linge.

Si possible, le sac à dos ne doit pas excéder les 10 kg, surtout si on est amené à faire de la randonnée. On avait emmené un peu trop de choses (vêtements superflus par ex.) et nos sacs étaient trop lourds (16 kg !) ce qui rend la marche (rando dans le bush, tourisme etc.) fatigante et moins agréable. Pour le prochain périple en Australie (2015), le défi sera de ne pas dépasser les 10kg…!

Check Also

Voyager responsable et écolo, c’est possible ?

Il n’est pas si difficile d’adopter les réflexes du touriste responsable, écolo et respectueux. Vacances …

One comment

  1. hello les aventuriers!

    j’adore votre exposition!!!
    vous avez bien fait votre devoir les enfants hihihih
    je vais me préparer pour le Vietnam en tenant compte de vos conseils
    pour voyager léger et être optimal pour chasser (la gazelle) ^^

    bisous naturellement aux amoureux de la nature

    Moi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2016 · All Rights Reserved · 2veg en baroude